Monomanie : Sorte de trouble mental dans lequel une seule idée semble absorber toutes les facultés de l’intelligence.

Slideshow

Get the Flash Player to see the slideshow.

Les plus lus

Une p’tite vidéo ?

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Utilisateurs en ligne

6 652 lecture(s)

Tridacna crocea

En préambule, en tapant « tridacna james fattheree » dans un moteur de recherche, vous trouverez plein d’articles très intéressants au sujet des bénitiers (ex. celui-là).

Tridacna crocea

Mon bénitier est plus gros que ce que j’espérais. Mais c’est pas plus mal, ayant eu une mauvaise expérience avec un petit Tridacna maxima. Ce dernier était trop léger et s’est fait retourner par un crabe. Et se faisant attaquer au niveau du byssus, en une nuit c’était fini…
D’ailleurs, un conseil, virez tous les crabes que vous trouverez venant avec les pierres vivantes. Ne cherchez même pas à temporiser « pour voir », ou certains de vos coraux (ex. Stylophora) en pâtiront aussi.
Un deuxième conseil, prenez un bénitier de poids correct, c’est-à-dire suffisamment lourd pour ne pas se faire renverser ou retourner par BH, trochus,  et autres crabes donc…Ne craquez pas sur les mini bénitiers qu’on peut voir dans le commerce. Certes magnifiques, ils sont beaucoup trop légers.

Un bon moyen d’identification :

Tridacna crocea Tridacna crocea

Avant qu’il ne se fixe solidement à la pierre vivante (plateau) sur laquelle je l’ai posé, je lui ai cherché un support pour pouvoir le déplacer par la suite si besoin.
Le support avait également pour objectif de le protéger par le dessous au niveau du byssus, qui est son point faible (mauvais souvenir du crabe…).
J’ai essayé avec des galets plats de différentes formes et tailles, mais aucun n’allait car le Tridacna « bougeait » en faisant des soubresauts, à chaque mouvement des valves.

Un support DIY a alors été fabriqué avec une coquille Saint Jacques, rognée  avec une pince coupante. Hé oui, on fait avec ce qu’on a sous la main :

Tridacna crocea Tridacna crocea

Il se fixe relativement rapidement, en 2 jours de mémoire. On peut voir ci-dessous les fils collants du byssus. Une très bonne chose de faite :

Tridacna crocea Tridacna crocea

Mis en haut du plateau, pour trouver la position idéale probablement en fonction du courant, il a pivoté sur lui-même, tout en étant fixé sur son support, de plus de 90° en 2 semaines :

5° :

Tridacna crocea

90 ° :

Tridacna crocea

100 ° :

Tridacna crocea

A force de bouger, il est tombé plusieurs fois. J’ai fini par le mettre sur le sol, c’est plus sûr. A ce propos, plus que pratique ce support « Saint Jacques ».

Tridacna crocea

Son siphon exhalant lui sert de moyen de défense également. Je l’ai vu dégager vite fait un machin-pode en lui soufflant dessus, très efficace.

Tridacna crocea

Mon Tridacna, qui est vraiment le joyau de mon bac, a maintenant 6 mois. Je pense (je dis bien je pense) qu’il ne se porte pas trop mal, on peut voir que la coquille se développe légèrement (bordure blanche) :

Tridacna crocea

Ayant lu d’autres articles récemment, je pense qu’il acceptera bien volontiers encore plus de lumière. Je ne sais pas encore comment je vais faire pour améliorer ma rampe d’éclairage à cet effet…On est loin des 1 à 2 mm de croissance moyenne mensuelle reportée dans la littérature.

Quelques clichés sous tous les angles et réglages possible (mais garantis sans retouches). Et encore, j’ai fait du tri :

Répondre

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>